A voir cette semaine - (28/12/20) 

Programme à voir cette semaine sur vos écrans du 28 décembre au 3 janvier :


lundi 28 décembre à 20h30
mardi 29 décembre à 20h30
mercredi 30 décembre à 20h30
sur Zoom
Interconnectés
spectacle de magie de et avec Luc Langevin
sujet : Tout au long de la représentation, les spectateurs vivront des numéros uniques, modernes et novateurs où la magie se produit dans leur boite courriel, entre leurs mains… et même à l'intérieur de leur maison !
Chaque spectateur vit l'expérience seul, en couple, en famille ou avec des amis depuis son foyer en étant connecté sur la plateforme spécialement conçue pour l'expérience.

à voir ici   

mardi 29 décembre à 21h05 
sur France 2
Une heure de tranquillité
texte de Florian Zeller, mise en scène Ladislas Chollat, avec François Berléand, Isabelle Gélinas, Rod Paradot, Nicolas Vaude, Christelle Redoul, Thierry Lopez
sujet : Michel, passionné de jazz, vient de dénicher un album rare qu'il projette d'écouter tranquillement dans son salon. Mais le monde entier semble en avoir décidé autrement. Sa femme voudrait lui parler, son fils débarque à l'improviste, son voisin frappe à la porte. Même sa maîtresse voudrait faire le point avec lui. Michel est prêt à tout pour avoir la paix. Mais il lui faudra beaucoup d'énergie pour que cette douce matinée ne se transforme pas en cauchemar… 

mardi 29 décembre à 22h45 
sur France 2
Mon père avait raison
texte de Sacha Guitry, mise en scène Bernard Murat, avec Claude Brasseur, Alexandre Brasseur, Chloé Lambert, Manoëlle Gaillard, Bernard Dumaine, Yves Lemoigne, Emile Perducav, Rose Thiery 
sujet : Charles Bellanger, trente ans, met son jeune fils Maurice en pension après l'abandon du domicile conjugal par son épouse, Germaine. Vingt ans plus tard, cette dernière revient tandis que Charles reçoit les conseils et remontrances de Loulou, l'amie de Maurice. Il réalise alors qu'il a été trop négligent avec l'éducation de son fils et qu'il aurait dû écouter l'avis de son père, Adolphe. 

jeudi 31 décembre à 15h
jeudi 7 janvier à 14h30
samedi 9 janvier à 17h30
en direct du Théâtre de la Ville
Alice traverse le miroir
texte de Fabrice Melquiot sur une idée d’Emmanuel Demarcy-Mota, mise en scène Emmanuel Demarcy-Mota, assistants à la mise en scène Christophe Lemaire et Julie Peigné, avec Isis Ravel, Jauris Casanova, Valérie Dashwood, Philippe Demarle, Sandra Faure, Sarah Karbasnikoff, Stéphane Krähenbühl, Jackee Toto, Grace Seri
sujet : Dans la suite des aventures, l’autre côté du miroir est un peu plus inquiétant que le pays des merveilles. Alice y retrouve les mêmes Reines Blanche et Rouge, encore plus étranges, bavarde avec des fleurs vivantes et un gros Humpty-Dumpty à tête d’oeuf, qui prétend que même le sens et la forme des mots sont relatifs. Dans ce monde étrange, tout marche sur la tête: le temps, la mémoire, les distances, le haut, le bas, le réel et le virtuel. Alice vole en apesanteur dans une image d’escalier et rencontre des héroïnes qui pourraient être ses descendantes: Dorothy, née du Magicien d’Oz, Zazie la môme de Queneau, et Rose, une fille d’aujourd’hui.   
à voir ici   


accessibles tout le temps

Les consultations poétiques du Théâtre de la Ville 
par téléphone jusqu’au 30 décembre
de 10h à 19h

Vêtir ceux qui sont nus
Théâtre et Canapé par l’Odéon
pièce de Pirandello, mise en scène Stéphane Braunschweig, avec Sharif Andoura, Cécile Coustillac, Gilles David, Antoine Mathieu, Thierry Paret, Hélène Schwaller, Anne-Laure Tondu
sujet : Une jeune femme rate son suicide, mais séduit les journaux par ses malheurs, attirant à elle un écrivain en mal de romanesque. À peine Ersilia a-t-elle profité de cette notoriété inattendue qu'elle est prise au piège de ses propres mensonges. L'écriture épouse le vertige croissant d'une femme qui craint de n'être personne au milieu des fictions médiatiques ou littéraires qu'elle suscite. Avec cette pièce qui questionne la nudité de la vie sous le voile des histoires que chacun se raconte, Stéphane Braunschweig aborde pour la première fois l'œuvre de Pirandello.
à voir ici  



En photo : Mon père avait raison

Facebook