COMEDIE DE COLMAR - Centre dramatique national d'Alsace

04.07.2020 au 28.08.2020
L’ETE A LA COMEDIE DE COLMAR

ASSISTEZ À UNE RÉPÉTITION
DU 4 AU 10 JUILLET A 14H30 ET 16H30
LITTLE NEMO
mise en scène Émilie Capliez
librement inspiré de la bande dessinée de Winsor McCay
Cette première période de répétitions est un temps de rencontre et de recherche entre les artistes, comédien, chanteuse, musicien, circassienne, metteuse en scène. Des instants fragiles, intimes mais souvent très drôles. gratuit sur réservation / nous limitons les venues à 10 personnes maximum, ou à une famille

ATELIERS THÉÂTRE 8 – 12 ANS
DU LUN 17 AU VEN 21 AOÛT DE 14H À 16H30
Vote, théâtre et citoyenneté
dirigé par Bruno Journée
DU LUN 24 AU VEN 28 AOÛT DE 14H À 16H30
Le clown et la distanciation sociale
dirigé par Lionel Riou
sur réservation / places limitées


14.09.2020 au 17.10.2020
COURTS-CIRCUITS / CIRCUITS COURTS
Micro spectacles dans les cours, jardins et salons à Colmar et aux alentours
 
L’OCCUPATION DES SOLS
de Jean Echenoz - mise en scène Matthieu Cruciani
avec Juliette Steiner
Sur le mur d’un immeuble en cours de démolition, l’égérie d’une marque de parfum affiche sa beauté en format géant. Mais le modèle de cette peinture vient de mourir dans un incendie. Son mari et son fils passent et repassent chaque jour devant son image, qu’ils voient disparaître peu à peu. Ce bref roman virtuose d’Echenoz évoque avec drôlerie et mélancolie la lutte des souvenirs contre le temps qui efface tout.

CONSTRUIRE UN FEU
de Jack London - mise en scène Simon Delétang
avec Paul Schirck
Dans le Grand Nord, par un jour glacial, un homme marche, accompagné d’un chien husky, et espère rejoindre le campement de ses camarades avant la nuit. Son inexpérience et son entêtement, dédaigneux des conseils qu’un vieil homme lui a prodigués, mettront sa vie en péril. Malgré ses efforts désespérés, il comprend qu’il est peu à peu, mais inexorablement, pris au piège du froid.

OTTO & AUTRES CONTES D’UNGERER
de Tomi Ungerer - mise en scène Catherine Umbdenstock
avec Lucas Partensky, musique Ève Risser
« Je donne aux enfants les moyens, en développant leur imagination, de provoquer les adultes », disait malicieusement Tomi Ungerer. En piochant dans plusieurs de ses contes, comme Otto, Flix et Zloty, Catherine Umbdenstock invite les grandes et les petites personnes dans l’univers drôle et tendre de cet éternel bambin.

CAPUCHE
Conception et interprétation Victoria Belen Martinez
On a tous eu un jour cette étrange envie de disparaître. Pas vraiment d’un coup, comme un tour de magie, mais plutôt se cacher, ne pas montrer ses vrais désirs, cacher ses mouvements et sa peau, devenir un vêtement fantôme, un corps mouvant. Être à l’abri du regard des autres pour pouvoir être soi. C’est cette aventure intérieure que propose Capuche, solo de cirque, danse et marionnettes rudimentaires.
 
 
23.09.2020 au 21.11.2020
UNE VIE D’ACTEUR
de Tanguy Viel
mise en scène Émilie Capliez
Écran géant
En 1983, Dustin Hoffman crève l’écran en robe à paillettes. La même année, Pierre Maillet a 11 ans et découvre Tootsie dans un cinéma de province. C’est pour lui la révélation : il sera acteur ! En entremêlant vie intime et scènes de films, l’auteur Tanguy Viel esquisse avec humour et délicatesse le portrait d’un comédien amoureux fou du septième art.
Des Dents de la mer au Dernier métro, de Catherine Deneuve à Juliette Binoche, de Woody Allen à Bertrand Blier, c’est tout le cinéma des années 80 et 90 qui fonde le parcours de Pierre Maillet. Les affiches précieusement accrochées au mur de la chambre, les films d’horreur qu’on regarde en cachette, les premiers vidéo-clubs qui sont comme des cavernes d’Ali Baba… Avec complicité, Émilie Capliez a mis en scène la genèse de cette vie d’artiste où chaque événement, triste ou gai, trouve son écho dans un film. Les salles obscures comme des refuges. Mais bien plus qu’un témoignage personnel, ces souvenirs de cinéphile réveillent une mémoire collective, des émotions partagées sur les écrans géants de nos vies. Parce qu’on a tous un film qui a bouleversé notre existence.
Ce spectacle, créé en 2019 dans le cadre de “Par les villages”, est présenté pour la première fois à la Comédie de Colmar dans une version enrichie, avec la complicité de Vincent Dedienne.
 
 
24.10.2020
VIE DE JOSEPH ROULIN
Texte Pierre Michon
Mise en scène et jeu Thierry Jolivet
Joseph Roulin, modeste employé des Postes, fut l’ami de Vincent Van Gogh, lorsque celui-ci vivait à Arles et que rien encore ne pouvait laisser présager qu’il serait un jour reconnu comme le plus grand peintre de son temps. À partir des tableaux de Vincent, Pierre Michon imagine ce que fut l’amitié de ces deux hommes que tout séparait, et en fait la matière d’un poème bouleversant sur le sens de l’acte artistique, la fragilité de la condition humaine et la beauté du monde.
partons en bus !
Parce que le théâtre se nourrit d’horizons nouveaux et de rencontres inédites, nous vous proposons cette saison encore de voyager avec nous vers des lieux amis, et de découvrir ensemble des spectacles choisis spécialement pour le public de la Comédie. En bus, nous prendrons le chemin du Théâtre du Peuple à Bussang.
   
 
03.11.2020 au 24.04.2021
LOTO
de Baptiste Amann
mise en scène Rémy Barché
Nouvelle chance !
Il est la vedette des salles des fêtes de province, le roi des soirées loto, qu’il anime avec fantaisie et brio. Elle est partie vivre en ville et a pris ses distances avec un monde rural dans lequel elle ne s’est jamais épanouie. Chacun a suivi son chemin. Mais voici l’heure des retrouvailles entre le père et sa fille.
Attaché à son territoire et à sa culture populaire, le père a perdu de vue les rêves de sa fille. Le fossé s’est creusé entre eux. Et voilà la jeune femme de retour au village pour réaliser un documentaire dans le cadre de son projet de fin d’études d’école de cinéma. L’occasion, enfin, de se découvrir l’un l’autre ?
C’est un véritable loto que Rémy Barché a choisi de mettre en scène. Mais le déroulement de la soirée est perturbé, à coups de madisons endiablés, par un groupe de danseurs de salon, convaincus d’avoir priorité sur la location de la salle des fêtes. Dans cette ambiance de comédie musicale, la plume de Baptiste Amann excelle à extraire des situations les plus anodines tout le sel d’une dramaturgie pleine d’humanité, où les questions intimes et politiques s’entrelacent pour toucher à l’essentiel.
     
 
04.11.2020
MOLLY BLOOM
Création et adaptation Viviane De Muynck et Jan Lauwers
D’après le dernier chapitre d’Ulysse de James Joyce
Passionnés par l’œuvre de Joyce, Viviane De Muynck et Jan Lauwers plongent dans le chapitre le plus sulfureux du monumental Ulysse : le monologue intérieur de Molly Bloom, épouse infidèle, qui dévoile sans filtre ni tabou sa vie intime et sexuelle, faisant du désir et de la joie de vivre des principes féminins fondamentaux. Une parole époustouflante livrée par une actrice hors norme.
partons en bus !
Parce que le théâtre se nourrit d’horizons nouveaux et de rencontres inédites, nous vous proposons cette saison encore de voyager avec nous vers des lieux amis, et de découvrir ensemble des spectacles choisis spécialement pour le public de la Comédie. En bus, nous prendrons le chemin de La Filature à Mulhouse.
   
 
05.11.2020 au 06.11.2020
HERITIERS
texte et mise en scène Nasser Djemaï
Famille
Julie doit faire face à son héritage, une grande demeure bourgeoise dont l’entretien est un gouffre financier. Autour d’elle, sa mère à la retraite est sur le point de mourir, son frère Jimmy semble vivre dans un autre monde, sa tante Mireille réclame sa part de l’héritage et Franck, son mari, est volontairement tenu à l’écart. Julie tente de relier ces mondes et glisse peu à peu vers une autre dimension. Un conte moderne sur l’érosion de nos certitudes définitives.
 
Dans la lignée de ses précédents textes, Nasser Djemaï poursuit son exploration de la famille, thème théâtral par excellence,qui favorise conflits et dévoilements intimes. Dans Héritiers, l’auteur s’interroge sur la trace. Il ancre ses personnages dans une réalité qui nous touche et les fait doucement passer à la lisière du fantastique. La pièce posedes questionnements éminemment contemporains, tout en plongeant progressivement dans un monde où les personnages sont manipulés par des forces invisibles,jusqu’à la folie. Sur scène, la maison est réinventée façon boîte à musique ou plateau de tournage, mais elle est aussi onirique, visitée par un spectre qui sème le trouble. Elle est enfin emblématique de ce passé dont on hérite malgré soi. C’est ainsi l’histoire d’une passation qui ne va pas de soi, des avenirs qu’on se choisit.
 
 
21.11.2020 au 19.06.2021
L’HEURE LYRIQUE
direction musicale Vincent Monteil
SCÈNES D’OPÉRA AU REGARD DE LA COMMEDIA DELL’ARTE
direction musicale Vincent Monteil
mise en scène Friederike Schulz
avec les artistes de l’Opéra Studio et de la Hochschule für Musik Freiburg : Damian Arnold, Dragos Ionel, Karolina Halbig
Extraits d’œuvres de Mozart, Donizetti, Rossini…
Dans le cadre du projet Opéra trinational avec le soutien de la Baden-Württemberg Stiftung
La Commedia dell’arte a inspiré nombre d’œuvres lyriques dont les protagonistes reprennent les traits de caractère de Scaramouche, Arlequin, Brighella, Pagliaccio, Pantalon, Cassandre, le Capitan Matamore ou Colombine.
 
GRANDE SALLE
SA 21.11. à 11H et 15H
Représentation scolaire 20 novembre
LOVE IN THE AIR
de Benjamin Britten
direction musicale Vincent Monteil
mise en scène Myriam Marzouki
avec les artistes de l’Opéra Studio, de la Hochschule für Musik Freiburg et du Theater Basel OperAvenir : Eugénie Joneau, Néstor Galván, Karolina Halbig, Davide Rinaldi
Dans le cadre du projet Opéra trinational avec le soutien de la Baden-Württemberg Stiftung
Compositeur précoce, pianiste et chef d’orchestre, Benjamin Britten est l’une des figures les plus représentatives de la musique anglaise. Comment l’amour est-il décliné en musique par les compositeurs anglais ? C’est ce que nous vous proposons de découvriren contrepoint à son opéra Mort à Venise.
 
GRANDE SALLE
SA 06.02. à 15H
Représentation scolaire 05 février
MADAME CHRYSANTHÈME
d’André Messager
direction musicale Vincent Monteil
mise en scène Matthieu Cruciani
piano Karolina Halbig et Davide Rinaldi
avec Julie Goussot, Néstor Galván, Elsa Roux-Chamoux, Clara Guillon, Damian Arnold, Dragos Ionel
Le roman éponyme de Pierre Loti connut dès sa publication en 1888 un immense succès. Histoire vécue par l’auteur, il raconte le mariage d’un jeune officier de la marine française avec une Japonaise à Nagasaki. André Messager en écrira un opéra en 1893, de même qu’un certain Giacomo Puccini s’en inspirera en partie pour écrire Madama Butterfly.
 
GRANDE SALLE
SA 19.06. à 15H

 
24.11.2020 au 25.11.2020
SUZY STORCK
de Magali Mougel
mise en scène et scénographie Simon Delétang
Ordinaires guerrières
Suzy Storck mène une vie ordinaire dans une petite maison avec mari et enfants. Elle ne travaille plus pour s’occuper du dernier et veille au bon fonctionnement des journées. Mais un soir d’été, quelque chose dérape. Et Suzy revisite son passé, ses renoncements… Pendant ce temps le drame s’est constitué. Un texte en forme d’uppercut !
Ce soir d’été donc, Suzy a un moment d’inattention. Et elle sombre. Tandis que le soleil du soir tarde à se coucher, que les enfants chahutent, que rentre le mari, elle prend conscience de son incapacité à vivre selon ses vrais désirs. Par une chronologie bouleversée, Suzy Storck reconstitue le drame d’une femme niée en tant que personne. Magali Mougel propose une langue pour le théâtre, une langue accessible qui traite d’un sujet d’aujourd’hui, dans la lignée des grands faits divers où des femmes ont agi contre l’ordre établi afin de se libérer du joug familial ou conjugal. Un acte de libération irréversible qui offre pour la scène un personnage de femme magnifique. Comme dans la tragédie antique, un choeur commente. Et nous voici dans les pensées de Suzy, là où gronde l’orage. L’ombre de Médée n’est pas loin… Et nous assistons, sidérés, à une tragédie à l’oeuvre.
 

26.11.2020 au 27.11.2020
BERENICE
texte Jean Racine
adaptation et mise en scène Isabelle Lafon
Aimer
Titus, empereur de Rome, aime Bérénice, reine de Palestine. Il a conquis Jérusalem, soumis son peuple et promis de l’épouser. Mais l’accession au trône oblige Titus à se plier aux lois de l’État qui refusent le règne d’une étrangère. Il doit renvoyer Bérénice, « malgré lui et malgré elle ». Comment lui dire ce désaveu ? 
Cette tragédie de la maturité racinienne est remarquable par sa simplicité d’action. De ce jour où tout est dit – la trahison de Titus, l’amour d’Antiochus –, Racine écrit une pure tragédie politique et sentimentale, violente et sublime. Isabelle Lafon en livre une interprétation poignante. Après son adaptation de La Mouette et le triptyque Les Insoumises, elle s’attelle ici à la forme classique par excellence. Elle compose un groupe de cinq comédiens, un homme et quatre femmes, une distribution inattendue, capable de recevoir la confidence de Racine. Comme sur un ring, ils se font face. Les personnages apparaissent dans un espace construit de lumières sur un plateau magnifiquement dépouillé. Les acteurs portent cette langue dans tous ses états, à la fois extrêmement sophistiquée et hypnotique comme une litanie. « Cette Bérénice merveilleuse allie à la délicatesse du trait une intelligence de chaque seconde. » Télérama
 
 
01.12.2020 au 08.12.2020
LITTLE NEMO OU LA VOCATION DE L’AUBE
inspiré de la bande dessinée de Winsor McCay
mise en scène Émilie Capliez
Rêves
Chaque nuit, Little Nemo tente de parvenir à Slumberland (le pays du sommeil). Le roi Morphée, souverain de ce royaume, souhaite un camarade de jeu pour sa fille. Il a jeté son dévolu sur Nemo et lui envoie des messagers pour l’attirer. Mais ce parcours est parsemé de mésaventures qui tirent toujours trop tôt le petit Nemo du sommeil, jusqu’à ce jour où… Et le rêve n’a ici plus de limites !
« Lorsque j’ai découvert les planches de McCay, raconte Émilie Capliez, j’ai immédiatement été fascinée par la puissance de son imaginaire, la pureté de ses dessins. Nemo se retrouve embarqué dans un extraordinaire voyage peuplé de personnages loufoques et mystérieux. L’œuvre s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux adultes : sous son apparence colorée, elle parle du rapport de l’artiste au temps, de ses questionnements sur le monde moderne et de la place que nous accordons au rêve aujourd’hui. » Pour ajouter à l’enchantement, la metteuse en scène a conviéla musique et le cirque. Avec Françoiz Breut et Stéphane Daubersy, c’est toute une palette sonore qui raconte les pages de la BD. Les timbres pluriels et charmeurs de la chanteuse inventent un conte musical aux couleurs irisées qui porte la circassienne en apesanteur sur son mât chinois. La scénographie, signée Marc Lainé et Stephan Zimmerli, se joue des métamorphoses, imposant son propre rythme à la fable. Spectacle multiple, où chaque sens est à l’affût, Little Nemo s’impose comme un incontournable voyage.
     
 
09.12.2020 au 12.12.2020
LE PAPA DE LILA
conception, texte et jeu Nicolas Marchand
mise en scène Nina Schopka
Dessiner sa peur
Un conte pour enfants, parents, oncles, tantes, copains, copines, amis de la voisine… Un spectacle autour d’un livre illustré : L’Histoire de Lila. À travers ce récit, on explore la peur de l’inconnu, du changement, de l’autre, mais surtout comment la surmonter grâce au courage, au pouvoir de la rencontre. Un spectacle qui mêle conte, arts plastiques et émancipation !
La peur est un instinct de survie, et il arrive qu’elle l’emporte et modifie nos comportements. La peur des « monstres » changera le papa de Lila qui se verra sauvé par sa petite fille. Ici le public s’assoit autour d’un livre, magique et surdimensionné, d’où naissent les protagonistes. Ses images s’animent, sont recomposées, des éléments dessinés apparaissent et investissent l’espace par des jeux d’ombre, de collage, de marionnettes… Les enfants sont invités à prolonger le conte en dessinant sur une longue, longue bande de papier. Et pour mieux se quitter, sera offerte à chacun la possibilité d’apposer ses propres images à l’histoire. Le Papa de Lilaest un appel à la fondation d’une société en mouvement, vivante, diversifiée et tournée vers l’avenir.
   
 
11.12.2020 au 12.12.2020
I WISH I WAS
mise en scène Maëlle Dequiedt
Pop
« On a juste essayé de faire un groupe. » C’est avec ces simples mots que La Phenomena annonce son prochain spectacle et convie le public à un concert iconoclaste. Six comédiens, musiciens amateurs ou pas, sont venus avec pour seuls bagages leurs instruments et leurs chansons : ces chansons qu’on a écoutées enfants, adolescents, adultes, celles qu’on a jouées en rêve devant des foules imaginaires, celles qui forment la B.O. de nos vies, fabriquent nos rêves et construisent nos identités.
Depuis sa création en 2016 par Maëlle Dequiedt, La Phenomena a pour habitude de nourrir ses spectaclesde son expérience sur le territoire. Pour I Wish I Was, la compagnie a développé un laboratoire d’écoute – Jukebox– et enquêté par les villages et par les villes, récoltant souvenirs et instantanés qui disent la présence de la musique dans notre quotidien. Ce sont ces paroles qu’elle porte sur scène – paroles excentrées, lointaines, errantes de ceux qui n’ont pas les bons instruments mais qui ont décidé de jouer quand même, en attendant qu’il se passe quelque chose.
Les artistes, fébriles, ô combien vivants, soufflent une impertinence salvatrice. Peut-on se retrouver, partager, trouver des territoires communs par l’univers musical ? « Il faudra compter désormais avec Maëlle Dequiedt et avec ce groupe, “La Phenomena”. » Armelle Héliot, Le Figaro
 
 
18.12.2020 au 19.12.2020
AUTHENTIQUES
de François Bégaudeau
mise en scène Matthieu Cruciani
Projet Encrages
Ils arrivent seuls ou par petits groupes, jeunes ou moins jeunes, lunettes ou pas, sacs à main et sacoches, et voilà qu’ils sont vingt, peut-être trente, certains debout et d’autres assis sur les chaises disposés en U d’une salle qui semble d’attente. Mais d’attente de quoi ? Ils ont répondu à une annonce où figurait le terme casting. Mais casting de quoi ? Ils se le demandent…
Le casting est assuré par deux femmes d’âge moyen, l’une réalisatrice, l’autre agent. Venues de Paris par le TGV de 6 h 51, elles recrutent des gens pour jouer dans une série. Mais pas n’importe quelles gens. Des gens de la catégorie vrais. Des authentiques. À Colmar, c’est sûr, elles trouveront des gens authentiques. D’authentiques Alsaciens, d’authentiques Arabes, puisqu’elles ont d’abord besoin de ce matériau pour leur scénario qui alterne entre ici et là-bas – Paris. En matière d’authentique, elles prennent tout ce qui se présente. Elles n’ont qu’un refus, mais ferme, non négociable : elles ne veulent pas de comédiens. Elles veulent faire jouer des gens mais qu’ils ne jouent pas. Elles feront du faux mais pour de vrai, ou du vrai mais pour de faux, quitte à faire d’un Turc un Arabe, d’une Kosovare une Alsacienne, de deux fausses jumelles des vraies, ou bien c’est l’inverse, elles ne savent plus ce qu’elles sont venues chercher, elles ne savent plus où elles habitent et c’est comme si elles avaient perdu leurs papiers – d’identité.
Authentiques est né du projet Encrages mené la saison dernière.
 
 
13.01.2021
NORMALITO
texte et mise en scène Pauline Sales
Super-héros
Lucas, 10 ans, est ce qu’on appelle un garçon normal, vraiment normal. Ni beau ni moche, Q.I. dans la moyenne, il vit avec ses parents de la classe moyenne. À force de n’avoir rien d’extraordinaire, Lucas se sent carrément trop normal, voire normal nul. Il va croiser Iris, l’enfant zèbre, petite précoce. Leur rencontre ? Pas tout à fait un fleuve tranquille. Une fable étonnante sur la normalité et la différence !
Et voici Lucas et Iris qui fuient près de la gare centrale où ils rencontrent Lina, la dame-pipi, qui a l’air elle aussi super-normale, sauf que. C’est plus compliqué que ça. Comment rendre la normalité désirable ? Comment interroger un concept qui varie selon les individus, les familles, les pays, l’époque ? Comment, dans une société, assumer sa non-singularité ? Et s’il existait encore des êtres qui n’aient pas le désir de leur quart d’heure de célébrité ? Pauline Sales est autrice d’une quinzaine de pièces. Après avoir codirigé Le Préau, CDN de Vire, avec Vincent Garanger, ils poursuivent tous les deux leur démarche artistique avec la volonté de rendre sensibles par le travail d’écriture et de mise en scène nos humanités dans toutes leurs complexités et contradictions.
À travers cette fable sur les peurs que nous inspirent ceux que nous ne pensons pas comprendre, nous repensons la tolérance, l’empathie. Être super-normal ? Et pourquoi pas !
   
 
20.01.2021 au 23.01.2021
LA CABANE AUX HISTOIRES : KONVERSATION
écriture et réalisation Rémy Barché
Double culture
Max a un petit plus dans la vie : il a deux langues. Sa maman est allemande, son papa est français. Mais pour Max, ce n’est pas si simple : grandir avec deux langues, c’est comme du jonglage. Et parfois c’est se couper en deux. Lui aimerait tellement être comme tout le monde ! Dans un cocon douillet, sorte de cabane imaginaire, les jeunes spectateurs vont découvrir, en français et en allemand, une étonnante fiction sonore illustrée.
Cette année, Max est rentré au CP. Il apprend à lire et à écrire, il a envie de mettre en mots le monde qui existe à l’intérieur de lui. Mais ce monde se divise bizarrement... Comment expliquer qu’il utilise une langue pour jouer et une autre pour chanter ? Comme ses parents ne parlent pas la même langue, il a parfois la sensation d’exclure l’un ou l’autre, quand il ne parvient pas à répondre avec le bon terme. Et il a souvent l’impression que les deux langues s’imposent d’elles-mêmes selon leur bon vouloir, sans qu’il ait vraiment son mot à dire ! Le petit garçon va devoir apprendre à s’approprier cette double culture, pour découvrir qu’elle est une richesse. Confortablement installés sur des coussins et des tapis moelleux, dans une lumière douce et chaleureuse, les spectateurs vont entendre cette histoire dans les deux langues et la suivre grâce à des illustrations projetées, à la façon d’un livre d’images.
 
 
20.01.2021 au 23.01.2021
MEETING POINT
de Dorothée Zumstein
mise en scène Catherine Umbdenstock
Identité
Sur les murs d’une maison de famille, dans des cadres de bois, ricoche le visage souriant d’un fils trop tôt arraché aux siens. Elle existe, cette maison, et ressemble à s’y méprendre à des dizaines de milliers d’autres dans la même région… Mais les paroles de nouveaux arrivants – deux Français et deux Allemandes, appartenant à deux générations – ne sauraient tarder à réveiller la mémoire des murs.
Meeting Point est né d’une rencontre artistique entre la metteuseen scène Catherine Umbdenstock et l’autrice Dorothée Zumstein, et de leurs échanges autour de la notion de frontière et de langues interdites, « point de convergence » vers la nécessaire question de l’identité.
En novembre 2015, les frontières avec l’Allemagne se sont fermées. En mars 2020, autres circonstances, même scénario. Ces checkpoints, ces barrières rouge et blanc que notre génération croyait à jamais levées : réapparues. D’où cette question devenue brûlante dans notre réalité d’Européens : qu’est-ce qui fait frontière ? Les quatre artistes de la troupe franco-allemande Epik Hotel mélangent ici leurs langues, leurs univers, leurs biographies spécifiques. Écrite à la fois sur des bases de documents et d’archives publiques et privées, mais surtout de recherches menées sur le terrain, cette pièce sur mesure nous percute ! Alsaciens ou non, qui sommes-nous réellement ?
   
 
27.01.2021
LA PETITE PERSONNE
à partir du Livre de lecture de Gertrude Stein (Éditions Cambourakis / traduction Martin Richet) et des livres dessinés de Perrine Rouillon (Éditions Seuil Jeunesse)
écriture du spectacle Frédérique Loliée et Matthias Langhoff conception et jeu Frédérique Loliée
Que peut-elle bien faire toute seule toute la journée ?
Composé à partir du personnage La Petite Personne des livres dessinés de Perrine Rouillon, et de deux pièces très courtes de théâtre de Gertrude Stein, le spectacle se raconte avec une grande personne et des petites personnes en forme d’objets, de marionnettes ou de dessins animés.
Seule, assise sur un canapé, Lucy Saule invente des mondes, elle joue des tragédies et des mélodrames à elle toute seule. Elle crée des personnages avec tout un bazar sorti de l’armoire : des marionnettes et des objets qui doivent obéir, parce que c’est elle qui commande, que ce soit en un acte ou en trois actes !
Après moult péripéties, elle abandonne le théâtre et commence le dessin. Elle rature, elle gomme, mais tout à coup un de ses gribouillis se rebelle et se met à lutter de toutes ses forces pour exister. Commence un dialogue entre Lucy et ce petit dessin vraiment pas fini, qui, en plus, n’obéit pas aux règles. Et c’est elle qui l’a inventé !
   
 
01.02.2021 au 03.02.2021
1336 (PAROLE DE FRALIBS)
Une aventure sociale racontée par Philippe Durand
Lutter
1336, c’est le nombre de jours de lutte contre une multinationale toute-puissante. De la fermeture de l’usine Fralib jusqu’à la fin du conflit entre Unilever, fabriquant les thés Lipton et Éléphant, et les ouvriers du groupe. « 1336 » est aussi aujourd’hui la nouvelle marque des thés produits par la SCOP qu’ils ont créée. Le spectacle raconte ce combat, cette aventure sociale d’exception.
« C’est dur de faire vivre la démocratie, mais on s’y attache. C’est plus dur, mais on s’est facilité la tâche, on a éliminé ce qui coûte le plus cher dans l’entreprise. Y aura pas d’actionnaires chez nous ! » Philippe Durand prête ici sa voix à ces hommes et femmes qui, attachés à leur travail et refusant la fatalité, ont fait plier le géant économique. Dans une langue à la fois colorée et simple, le comédien donne corps aux rencontres qu’il a faites, aux interviews qu’il a menées auprès des Fralibs dans leur usine, à Gémenos près de Marseille, en gardant leurs paroles intactes. Il en résulte une épopée sociale, humaine, qui rend un vibrant hommage au courage, à la pugnacité deces ouvriers sauvant leur emploi et un savoir-faire artisanal. Les Fralibs sont un cas parmi tant d’autres aujourd’hui de travailleurs ballottés par la soif de profit des actionnaires. Leur combat est devenu emblématique, un espoir au milieu du marasme.
 
 
11.02.2021 au 12.02.2021
SALADE, TOMATE, OIGNONS
PORTRAIT D’AMAKOE DE SOUZA
texte, réalisation, jeu Jean-Christophe Folly
Identité
Salade, tomate, oignons ou l’histoire d’une personne dans un restaurant kebab. Et cette personne, qui ne tient qu’à un fil au début du spectacle, lâche ce fil pour démarrer la vie. Jean-Christophe Folly met en lumière différentes formes de solitude. Celle de ces jeunes issus de l’immigration dont les parents sont nés ailleurs, celle des Roms, des Juifs, des Musulmans, des Asiatiques, des Créoles. Il parle de ceux qui ne se reconnaissent dans rien mais qui se construisent, en quelque sorte, un « chez eux ».
Portrait d’Amakoé de Souza est la représentation kaléidoscopique d’une identité en quête d’elle-même. Celle peut-être de son auteur Jean-Christophe Folly, découvert à Colmar dans Avedon - Baldwin : Entretiens imaginaires, qui, à l’instar de Fernando Pessoa, aime jongler avec des pseudonymes et brouiller sans cesse les pistes entre fiction, autofiction, réalité, chanson… Comment faire pour réussir à vivre sereinement une vie hantée par des ancêtres dont on ne sait plus rien, dont on n’a jamais rien su ? Comment oser croire en soi ? Ce spectacle est un pari fou qui voudrait plus toucher à la question de la solitude et de l’isolement qu’à celle de la couleur et de l’appartenance. Il parle de ceux qui acceptent d’être nus sur la banquise face à l’idée du terroir, du « chez soi ». Ceux qui ne se cachent pas et qui vont, fragiles, à la recherche de l’Autre. 
 
 
17.02.2021 au 18.02.2021
UN CONTE DE NOËL
d’après Un conte de Noël d’Arnaud Desplechin
mise en scène Julie Deliquet
Famille !
Avec le collectif In Vitro, Julie Deliquet s’empare du scénario du film Un conte de Noël d’Arnaud Desplechin : une histoire de famille, ses non-dits douloureux et ses terribles jalousies. Entre répliques vachardes, joutes oratoires et vérités qui blessent, la pièce mêle comédie et drame avec une incroyable virtuosité.
Dans cette troublante histoire de famille, un enfant, Henri, est conçu pour servir de remède à la maladie de son grand frère. Henri est ensuite banni de la fratrie par sa sœur. Plusieurs années plus tard, afin detenter de sauver la mère Junon,malade à son tour, la famille se réunit à Roubaix pour les fêtes de fin d’année. Douze comédiens donnent vie à cette formidable catharsis familiale. Pour mieux percevoir les confessions intimes des personnages, le public est installé dans un dispositif bifrontal. Au scénario doux-amer d’Arnaud Desplechin, la pièce mêle monstres et mythes, souvenirs du Roi Lear et du Songe d’une nuit d’été et résonne ainsi de ces fables théâtrales fondatrices. La vie est ici en jeu autant que l’amour, celui que l’on reçoit, celui que l’on s’invente. « Une troupe d’excellence au service d’une pièce bouleversante […] Le tout est orchestré par l’énergie de Julie Deliquet qui sait admirablement chorégraphier sur un plateau tous les tourments de la vie. C’est une nouvelle fois un uppercut théâtral. » Scèneweb
   
 
10.03.2021 au 11.03.2021
L’ILE DES ESCLAVES
de Marivaux
mise en scène Jacques Vincey
Jeux de rôles
Dans un nuage de mousse, écume de la tempête sur le rivage, quatre naufragés apparaissent. Deux maîtres et deux esclaves qui se retrouvent sur une île étrange, lieu d’une société utopique, dans laquelle les esclaves se sont affranchis de leurs maîtres. Les sorts sont même inversés ! À qui iront notre pitié et notre empathie ?
Le renversement soudain des rapports de force offre ici un mouvement cathartique, à la fois jubilatoire et transgressif, mais tout autant inquiétant ! Ceux à qui le hasard de la naissance avait donné des privilèges se révéleront-ils capables d’affronter ce revers de fortune ? Et comment se comporteront les anciens esclaves, eux-mêmes soumis aux exigences de leur hôte Trivelin ? Souvenir des souffrances passées, chantage affectif et désir de vengeance… Augmentée d’un prologue et d’un épilogue, la pièce que Jacques Vincey a confiée à cinq jeunes comédiens de l’ensemble artistique du Théâtre Olympia s’entrechoque avec notre monde. On y interroge les formes d’asservissement qui, des plus intimes aux plus politiques, mutent sans disparaître à travers le temps. La pièce brouille les codes sociaux avec une infinie malice. Tout y est noir et blanc, de la scénographie aux perruques et maquillages. Une élégance aussi légère que vertigineuse pour nous conter cette fable sans âge.
 
 
13.03.2021
KORB - CONTE MUSICAL
de Joël Jouanneau
dramaturgie, mise en scène Kathleen Fortin
Réinventer
Annj interpelle Korb pour qu’ensemble ils se souviennent. Ils dialoguent, se questionnent, se racontent leur rencontre, leur apprivoisement, leur amour commun pour les mots jusqu’au cataclysme qu’ils ont traversé. Dans cette fable post-apocalyptique, le désastre n’est pas irréversible. Ils invitent alors le public et notamment les enfants, à inventer – avec leurs armes, celles de l’imaginaire et du jeu – le monde du Beau Jourd’Hui.
Sur scène, un concert démarre. Une personne, semblant arriver d’ailleurs, l’interrompt. C’est Annj. Dans une autre langue, elle interpelle Korb et ses musiciens. Avec des silhouettes d’ombre, elle les force à se souvenir, eux qui ont tout oublié. Se saisissant du mythe de l’enfant-sauvage, Joël Jouanneau déplace le récit dans un monde onirique où l’enfant Korb a été élevé par une louve puis recueilli par Annj sur une île à l’abri du temps. Quand la vague du temps submerge leur île, Annj et Korb sont contraints à l’exil. Pour porter ce conte, deux comédiennes, deux langues (français et allemand) et un trio musical pour une partition sonore unique. De même que l’imaginaire permet de reconstruire, la musicalité du texte invente un langage qui nous percute par-delà les mots.
   
 
18.03.2021 au 19.03.2021
CHŒUR DES AMANTS
texte et mise en scène Tiago Rodrigues
Situation limite
Un couple normal vivant une vie normale. Quand tout à coup, ils basculent dans le drame. Et cet extraordinaire, ce moment tragique les propulse instantanément en héros. Ils n’ont alors qu’un seul désir, qu’une seule urgence, celle de revenir au bonheur d’une vie normale. Un récit lyrique à deux voix, extrême, intense !
Il s’agit du premier texte écrit par Tiago Rodrigues alors qu’il avait 20 ans. Aujourd’hui, cet artiste d’exception devenu directeur du Teatro Nacional de Lisbonne décide de traduire en français et de mettre en scène ce texte toujours actuel puisque universel. Le théâtre de Tiago Rodrigues transcende la réalité pour la rendre poétique, ses mises en scène audacieuses placent l’acteur au centre, son écriture est touchante, vive, brutale. Dans Chœur des amants, les personnages vivent la même histoire, parlent d’une même voix, mais parfois ces voix dissonent, contredisent et restent pourtant à l’unisson. Tiago Rodrigues offre à ses deux comédiens un écrin de mots, une partition lyrique, une respiration commune qui les placent au cœur de la pièce dans le défi troublant de porter une parole unique à deux voix. Chœur des amants, au-delà de la virtuosité de son écriture et de son interprétation, nous offre la singulière pensée qu’il est possible de survivre à la mort.
 
 
30.03.2021 au 01.04.2021
LONGWY-TEXAS
de et par Carole Thibaut
Luttes
Carole Thibaut traverse, à la manière d’une conférencière, l’histoire des aciéries et de la sidérurgie lorraine, notamment des luttes ouvrières des années 70 et 80, à travers les figures de ses pères, grands-pères, de ses propres souvenirs d’enfance et de documents de l’époque. Comment les filles s’inscrivent-elles dans une culture du travail fortement masculine, comme ici ces usines dont les femmes étaient souvent interdites d’entrée ?
L’artiste interroge ici nos héritages symboliques et nos constructions culturelles, dans un cheminement qui va de l’intime à l’universel, de la petite à la grande histoire, des forges de Longwy aux anciennes forges des Îlets à Montluçon, autre ville industrielle.
Et fait résonner une parole vive et irrévérencieuse sur le monde patriarcal des aciéries. Un acte politique bien sûr, mais un acte poétique surtout. Seule sur scène, elle déploie sa parole. Claire, limpide, vive. À côté d’elle, un écran qui joue un rôle documentaire à partir d’archives familiales, d’extraits d’émissions de l’époque de la radio de lutte Lorraine Cœur d’Acier ou de journaux télévisés. Carole Thibaut nous emporte, relatant avec tendresse et exigence Longwy, cette ville de Lorraine surnommée jadis le « Texas français ». Mais surtout, elle 
questionne nos héritages en les confrontant aux schémas de domination toujours présents dans notre société. Percutant !
 
 
08.04.2021 au 09.04.2021
SENTINELLES
texte, mise en scène et scénographie Jean-François Sivadier
Artistes
Sentinelles, écrit et conçu pour trois acteurs, est une réinvention par Jean-François Sivadier du roman Le Naufragé de Thomas Bernhard. Trois jeunes artistes, pianistes et virtuoses – comme chez Bernhard – se rencontrent dans leur adolescence et deviennent inséparables. À la suite d’un concours international de piano, ils se trouvent séparés pour toujours. Une aventure, humaine et artistique !
Aussi dissemblables que complémentaires, chacun des trois admirant chez les deux autres ce qui lui manque, les trois musiciens s’épaulent et se combattent dans un jeu d’équilibre délicat. Ensemble, mais sur des chemins différents, ils se tiennent tant bien que mal, en équilibre, dans la confusion de leurs désirs, de leurs démons. À travers eux, on voit se bousculer les milliers de chemins de vie que nous empruntons tous. S’y retrouvent les sentiments qui nous forgent : ambition, orgueil, déni, plaisir ou peur… Et que serait l’art dans nos trajectoires ? Le spectacle, intime, happe le public qui, telle une sentinelle, se tient à l’affût, dans l’attente de l’événement qui peut-être arrivera.
Jean-François Sivadier mène, avec ses trois formidables acteurs, cette histoire comme un prétexte à interroger les courants violents et antagonistes qui peuvent s’affronter ou se confondre dans le rapport secret que chaque artiste entretient avec le monde.
 
 
14.04.2021 au 17.04.2021
LES PETITES GEOMETRIES
conception Justine Macadoux et Coralie Maniez
Dessine-toi !
Face à face, deux drôles de silhouettes s’observent. La tête emboîtée dans des cubes noirs, elles font défiler sous leur craie un ciel étoilé, une ville en noir et blanc, un oiseau coloré ou des visages aux multiples émotions… Entre jeu masqué et théâtre d’objets, c’est toute une histoire qui se dessine, se devine et parfois s’efface, pour mieux s’inventer. Un voyage surréaliste et poétique destiné aux tout-petits !
Les deux silhouettes se scrutent, boîtes noires en place des visages. Elles les ornent de dessins et les griment selon leur humeur. Conçu comme un cadavre exquis, nous embarquons pour un voyage de l’infiniment grand à l’infiniment petit où le langage naît d’une suite de dessins sonores. De quelle manière communiquer autrement que par la parole ? Que racontent nos gestes ? Quel est le pouvoir du langage non verbal ? Les boîtes noires racontent autant nos multiplicités et nos différentes facettes que nos ego absurdes, ceux-là mêmes qui enferment et génèrent des masques sociaux. Une belle performance animée et graphique, qui offre une multitudede lectures possibles. « Un bain d’invention, d’imagination, d’intelligence. Parents, courez-y et emmenez les petits ! Un très grand et rare spectacle ! » Le Figaro
   
 
15.04.2021 au 16.04.2021
UNE MAISON DE POUPEE
librement adapté de la pièce de Henrik Ibsen
adaptation, conception et mise en scène Lorraine de Sagazan
Drame féministe
Nora aime profondément son mari qui l’aime en retour. Un couple moderne. Des gens libres. Nora connaît une ascension sociale depuis deux ans, Torvald, licencié depuis peu, tente de se reconvertir sans gloire à une carrière d’artiste… La très libre adaptation que propose Lorraine de Sagazan – elle y associe notamment des textes de Virginie Despentes – revient sur la difficulté à oser braver la représentation sociale.
Ici, les rôles sont inversés et c’est notre société occidentale qui est ainsi disséquée, ses rapports de domination, les tourments d’un drame conjugal, identitaire. Si le cadre a changé, les comportements restent attendus. « Une maison de poupée résonne encore puissamment aujourd’hui parce que la difficulté à exister, en tant qu’homme, en tant que couple et surtout encore en tant que femme, est toujours brûlante », écrit Lorraine de Sagazan. L’émancipation de Nora, épouse infantilisée qui fuit mari et enfants, a fait scandale lors de la création de la pièce en 1879. Dans un dispositif trifrontal garantissant une proximité, les artistes jouent avec le texte. Distance frondeuse, ironie, apostrophes au public, bribes de texte projetées sur le mur du fond, cette Maison de poupéevibre, vit puissamment. Aujourd’hui, où en sommes-nous des rapports sociaux de sexe ? Et du pouvoir au sein du couple ?
 
 
22.04.2021 au 23.04.2021
TOUT MON AMOUR
de Laurent Mauvignier
mise en scène Arnaud Meunier
Vivre avec ses fantômes
Réunis pour la première fois au théâtre, Anne Brochet et Philippe Torreton incarnent un couple en perdition. Tout mon amour raconte leur histoire, eux dont la petite fille de 6 ans a disparu, sans laisser de traces, il y a plus de dix ans. Accompagnés de trois autres comédiens, ils rendent palpables toute la force de l’écriture et l’émotion contenue dans cette pièce qui nous touche au plus profond.
La pièce s’ouvre sur l’enterrement du grand-père qui fait revenir la famille sur les lieux maudits de la disparition, quand apparaît une mystérieuse jeune inconnue de 16 ans qui prétend être leur fille… Construit à la manière d’un polar métaphysique, Tout mon amour est un formidable concentré de tous les thèmes chers à l’auteur : la famille, l’absence, le deuil impossible, les fantômes… Les dialogues au scalpel, la partition où chaque souffle, chaque émotion semblent être vibrants dès la lecture, offrent aux acteurs une palette puissante pour l’interprétation. Arnaud Meunier a réuni deux des plus grands acteurs français pour porter cette pièce. Sans jamais verser dans un pathos insupportable, l’écriture de Laurent Mauvignier, la mise en scène et la pudeur des artistes nous laissent libres dans notre ressenti. Un théâtre intime et unique !
 
 
11.05.2021 au 12.05.2021
LE JEU DE L’AMOUR ET DU HASARD
de Marivaux
mise en scène Benoît Lambert
Émotions amoureuses
Alors que leurs pères viennent de décider de les marier, Dorante et Silvia ne se sont encore jamais vus.
Pour « examiner un peu » son prétendu, la jeune fille obtient de son père l’autorisation d’échanger ses vêtements avec sa suivante, Lisette… Le classique marivaudage interprété par une jeunesse audacieuse !
C’est l’oeuvre la plus célèbre de Marivaux, l’une des plus jouées du répertoire théâtral français. Si pour certains elle marque, soixante ans avant la Révolution, les prémices d’un changement d’ordre, nul ne peut nier la part belle qu’elle donne aux femmes. Après Molière et Musset, Benoît Lambert fait un détour par le XVIIIe siècle pour observer les formes de l’organisation sociale et des rapports de domination. Dans une nature factice, entre jardin d’hiver et laboratoire, les acteurs rénovent le marivaudage, ce jeu de séduction qui, au-delà du badinage, est aussi l’expression de ce que l’amour provoque au plus profond de soi comme émotions. Une histoire de lutte des classes et des sexes qui résonne fort en 2020. « Le rythme est excellent, l’interprétation bien cadrée par un metteur en scène aigu mais qui ne démontre jamais. Les jeunes spectateurs exultent. » Le Figaro
 
 
26.05.2021 au 27.05.2021
VANISHING POINT
Les deux voyages de Suzanne W.
conception, écriture, scénographie et mise en scène Marc Lainé
Road trip
Une voiture, une romance, une bande originale entraînante et des kilomètres d’asphalte, tous les éléments du road trip sont là, sur un plateau de théâtre. À travers les grands espaces de l’Amérique du Nord, les musiciens du groupe Moriarty et les comédiens nous entraînent dans la quête d’un amour impossible où réel et fantastique se répondent jusqu’à se superposer.
Dans un garage situé dans la banlieue de Montréal, Suzanne, la cinquantaine, mal dans sa peau, est assise dans sa voiture. Non loin, une jeune femme est dans un club. Entourée de musiciens, elle raconte son expédition dans le territoire amérindien. Un peu plus loin encore, un auto-stoppeur est à la recherche de la femme qu’il aime. Trois histoires et trois personnages.Le spectacle nous entraîne dans un double voyage : un road tripvers le Grand Nord et une équipée mythologique fantastique, qu’accompagne la musique interprétée sur scène par les musiciens du groupe Moriarty. Comme toujours, Marc Lainé signe aussi la scénographie de ce périple. Il a lui-même parcouru plus de trois mille kilomètres au Canada, au plus profond de la « Nation Crie », pour en rapporter des heures d’images qui se dévident devant nous. Une pièce à la frontière du théâtre et du cinéma, où les temps se confondent, nous emportant entre voyage et rêve. Une épopée mentale aux accents initiatiques.
 
 
28.05.2021 au 29.05.2021
SERIE NOIRE - LA CHAMBRE BLEUE
d’après La Chambre bleue de Georges Simenon
adaptation et mise en scène Éric Charon
Un polar à Colmar
Un homme est écartelé entre deux femmes, son épouse et sa maîtresse. Une descente aux enfers, une histoire qui finit mal, dont le public découvrira l’intrigue pas à pas, déambulant sur les lieux mêmes du drame et guidé par le juge Diem qui en mène l’instruction. Un canevas passionnel et une fiction policière immersive pour cinq comédiens et deux musiciens. À vivre en direct !
Éric Charon a envisagé la ville et ses ambiances comme terrain de jeu, il interroge son passé, ses quartiers, ses spécificités jusqu’à s’y fondre afin que le territoire devienne le décor naturel d’une fiction policière. Qui ne rêverait pas d’un meilleur point de départ ? Ici, le quartier du Grillenbreit a été choisi. Des entrepôts de bus Kunegel aux murs graffés des espaces extérieurs, le public suivra pas à pas la reconstitution de cette passion mortelle. Comme souvent dans son travail, le Collectif In Vitro cherche au maximum cette friction entre réel et fiction, et fait se rencontrer la vie et le théâtre.
Respectant l’esprit même du polar, ou du film noir, les spectateurs sont placés à cet endroit unique et privilégié, un champ d’expérience hors norme où quelques grands maîtres n’ont cessé de vouloir les mettre, pour ne citer qu’Alfred Hitchcock, Billy Wilder ou Fritz Lang : une place de voyeur, au cœur de la catharsis. Une expérience unique, totale, à prolonger en musique !

Pratique


Comédie de Colmar
Centre dramatique national Grand Est Alsace

6 Route d'Ingersheim
68027 Colmar Cedex



Information : 
03 89 24 31 78
reservations@comedie-colmar.com


Site internet :

comedie-colmar.com
w